Le Mot du Recteur

Bienvenue sur le portail de
l’Université de Thiès...

Professeur
Matar Mour SECK
Lire la suite...








Bookmark and Share

Galerie Photos

img_6478
Image Detail
IMG_0125
Image Detail
IMG_0190
Image Detail
IMG_9724
Image Detail
[ED2DS] Avis de Soutenance de thèse de doctorat

Monsieur Abdou Khadre FALL doctorant à l’ED2DS, soutiendra publiquement une thèse de doctorat de l’UT, le mercredi 12 Avril 2017 à 10h à l’ENSA sur le thème suivant :

L’élevage urbain dans la commune de Thiès au Sénégal: systèmes, caractéristiques socio-économiques et techniques, Perspectives

Et devant le jury composé de

Président

Matar Mour SECK             

 

Professeur titulaire des universités,

Université de Thiès, Sénégal                   

Rapporteurs

Mady NDIAYE               

 

Professeur titulaire des universités,

Faculté des Sciences et Techniques (FST),

Université Cheikh Anta Diop Dakar, Sénégal                                                                                                                                                

Saliou NDIAYE                  

 

Maître de conférences,

Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture (ENSA),

Université de Thiès, Sénégal                                      

Examinateurs

Ayao MISSOHOU              

 

 

Professeur, titulaire des universités,

Ecole Inter Etats des Sciences et Médecines Vétérinaires Dakar,

Sénégal            

Elhadji TRAORE

Maître de recherche,

Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA),

Sénégal

Directeur de Thèse

Abdoulaye DIENG

Maître de conférences,

Ecole Nationale Supérieure  d’Agriculture (ENSA), 

Université de Thiès, Sénégal                                      

RESUME

L’élevage  a fait l’objet d’une étude dans la commune de Thiès au Sénégal. La méthodologie utilisée  a combiné la recherche bibliographique à des enquêtes informelles (échange, pré typologie) et formelles (administration de questionnaire). L’étude s’est intéressée à 936   acteurs des filières de l’aviculture (38,36%), des petits ruminants (36%), des porcs (20,73 %), et des bovins (4,91%). Dans la ville de Thiès, l’élevage est plus une activité secondaire qui est pratiquée par des hommes et des femmes de plusieurs catégories socioprofessionnelles dont leur âge varie entre 15 et 73 ans. Les femmes sont plus présentes au niveau de l’élevage des porcs (49%) et des chèvres (43,2%). Le taux d’analphabète est plus élevé chez les éleveurs de porcs (76,8%). Les animaux sont élevés pour des raisons  culturelles (42,46%),  commerciales (28,08%), d’épargnes (26,71%) et d’autoconsommation (2,73%). Les pratiques avicoles montrent deux  principaux systèmes d’élevage que sont l’aviculture familiale (8 sous - types) et l’aviculture fermière (3 sous - types). Les effectifs  moyens des troupeaux des petits ruminants, des porcs et des bovins  sont respectivement de  9,02 ±4,20 ; 15,76 ±5,49, 8,2 ± 5,2. Les races porcines élevées sont   la race locale (12,37%), la  Large White (9,28 %) et les métisses (78,35%). Les modes de conduites des ruminants (ovin, caprin, bovin) et des porcs sont la stabulation, la divagation totale, la semi divagation et la conduite aux pâtures (ruminants). La vocation du troupeau bovin est de type naisseur (80%), d’embouche pour la commercialisation sur pieds et ou l’abattage (15,6%),  et de production laitière (4.4%). La maladie de Gumboro est l’affection la plus fréquente (34,88%) en aviculture. Les  éleveurs qui ont eu au moins une fois la peste porcine avec des pertes partielles ou totales de leurs troupeaux sont de 89,7%. Les marges nettes mensuelles varient de 50 521 à 72 417 FCFA pour l’aviculture familiale et de 168 105 à 664 544 FCFA pour l’aviculture fermière. Les marges brutes sont  négatives au niveau de l’élevage familial des ovins tandis qu’elles  varient annuellement de 370000 à 1444400 FCFA chez les éleveurs de Ladoum. Les charges financières  annuelles des éleveurs de porcs varient considérablement selon les types d’élevage, soit respectivement 81000 FCFA, pour la divagation, 519000 FCFA, pour le parcage commun, 413000 FCFA pour la stabulation à domicile et 351000 FCFA pour les animaux en semi-liberté. Les dépenses alimentaires constituent plus de 80% des charges des différents élevages. L’élevage urbain valorise les déchets domestiques, améliore génétiquement les races, procure des revenus très variables aux éleveurs. Sa rentabilité est plus sociale qu’économique car il permet de satisfaire certains besoins socioculturels des familles.

 

Mots-clés: élevage urbain, système d’élevage, conduite,  aviculture, porcs, ovin, chèvre, bovin, revenus, Thiès.

 

 
Retour